École Supérieure du Professorat et de l'Éducation
 
 
 

Accueil > RECHERCHE > Colloques - Journées d’études - Séminaires > Les trente ans du bac pro La voie professionnelle à l’épreuve du baccalauréat (...)

Les trente ans du bac pro La voie professionnelle à l’épreuve du baccalauréat et de la hausse du niveau d’éducation.

17, 18 et 19 novembre 2015.

Modalités et tarifs d’inscription : http://commandes.recherche.univ-lille3.fr/inscription-evenement/30ansbacpro

Contact : Valérie Lantoine (03.20.41.62.70 - valerie.lantoine@univ-lille3.fr)

La France s’est engagée depuis les années 1980 dans une politique de hausse du niveau d’éducation marquée par quelques objectifs clés : conduire 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat en 2000 et 100 % d’une génération au minimum au niveau du CAP ou du BEP (1989) ; mener 50 % d’une classe d’âge à un diplôme de l’enseignement supérieur (2005) ; assurer un continuum de formation de « bac moins trois à bac plus trois » (2012).

Si tous ces objectifs n’ont pas encore été atteints, la détention d’un diplôme et l’obtention du baccalauréat sont néanmoins devenues des normes sociales. Les diplômes sont par ailleurs tous déclarés « à finalité professionnelle », pour affirmer leurs liens avec l’emploi. Quant aux individus non pourvus d’un diplôme ou d’une autre certification, ils sont désormais considérés a priori comme des « inemployables ». Cette politique très volontariste a fortement mis à contribution la voie professionnelle (id est l’enseignement professionnel et l’apprentissage), dont les diplômes et les curricula ont été plusieurs fois métamorphosés pour participer à l’effort d’éducation et de certification du plus grand nombre. En 1985, le baccalauréat professionnel a ainsi été créé pour favoriser la réussite de l’objectif des « 80 % », tout en répondant à la volonté d’élever le niveau de qualification de la main d’oeuvre. Sa première finalité était cependant de favoriser l’entrée immédiate dans la vie active, fonction qui a d’emblée suscité de vives critiques au nom de l’oxymore contenu dans son intitulé. Faux bac, leurre, illusion… le bac pro a souvent été analysé pour ce qu’il n’est pas. Il reste de ce fait un diplôme plutôt méconnu. Trente ans après avoir été institué, le bac pro occupe pourtant la deuxième place dans la trilogie des baccalauréats : sur dix bacheliers, cinq possèdent un baccalauréat général, trois sont titulaires d’un bac pro et deux détiennent un baccalauréat technologique. Cette position résulte de la rénovation de la voie professionnelle, engagée fin 2007, qui a supprimé le cursus de formation au BEP et aligné la durée de préparation au bac pro sur celles des autres baccalauréats. Comme les autres baccalauréats, le bac pro se prépare dorénavant en trois années à l’issue du collège et le ministère de l’Éducation nationale met clairement en avant sa fonction de poursuite d’études. Il est désormais mobilisé pour permettre à la France de mener 50 % d’une génération à la licence, sachant que c’est grâce à sa restructuration que l’objectif de conduire 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat a enfin pu être réalisé.

Une nouvelle architecture des diplômes désigne par conséquent la voie professionnelle, dont la vocation à la poursuite d’études est de plus en plus affirmée.

La progression du bac pro dans l’espace des diplômes questionne de fait le statut et la définition du baccalauréat, qui a de moins en moins à voir avec ce qu’il était avant les deux explosions scolaires, tout comme les types de relations qui s’établissent entre enseignement secondaire et enseignement supérieur et entre formation professionnelle et emploi. Elle invite également à reposer la question des inégalités du système éducatif : entre les voies d’enseignement, les publics, les spécialités de formation, les diplômes… que la parité formelle entre les baccalauréats tend à masquer.

Même si ces interrogations portent en premier lieu sur le bac pro et sur la voie professionnelle, c’est plus largement à une réflexion sur la politique éducative et ses effets, sur la formation et la certification professionnelles, sur la socialisation de la jeunesse et sur les relations entre diplômes et emplois qu’invite ce colloque international.