École Supérieure du Professorat et de l'Éducation
 
 
 

Accueil > RECHERCHE > Appel à Projets > Projets de recherche soutenus par l’ESPE LNF en 2018

Projets de recherche soutenus par l’ESPE LNF en 2018

Pour la 4ème année, l’ESPE LNF a reconduit son dispositif d’aide aux projets de recherche touchant au domaine de l’éducation, toutes entrées disciplinaires confondues. La commission recherche ESPE s’est réunie le 11 décembre 2017 pour sélectionner les projets retenus pour financement 2018.

L’ESPE LNF soutiendra, pour l’année 2018, les projets suivants ...

"Bue Bot II", un projet porté par Julian Alvarez, PAST ESPE LNF, DeVisu (UVHC) :

L’objectif de ce projet est de poursuivre les travaux de recherche du projet Blue Bot entrepris durant l’année 2017. Il a consisté à comparer auprès de 35 classes de grandes sections de maternelles, des départements 59 et 62, trois modalités d’apprentissages pour s’initier à la programmation séquentielle : le corps, le robot, la tablette. Dans les trois cas, il s’agissait d’un scénario de jeu identique : parvenir à coder et coder la trajectoire d’un robot pour éviter des obstacles et atteindre des emplacements clés.
L’idée est à présent d’exploiter toutes les données recueillies, de pousser leurs interprétations, de rédiger des articles pour des revues scientifiques et de vulgarisation à destination du corps enseignant et enfin de préparer un dossier européen pour conduire un expérimentation comparative dans l’esprit de celle conduite en 2017 à une échelle internationale.

"Impliquer l’élève dans son parcours et ses choix d’orientation : apport de l’utilisation de FOLIOS", un projet porté par Célénie Brasselet, MCF ESPE LNF, PSITEC (UDL) :

L’objectif de ce projet est de mieux comprendre comment l’utilisation d’outils numériques peut contribuer à la formation de choix d’orientation éclairés et à la motivation scolaire. Un des outils à disposition des élèves est FOLIOS, portfolio permettant la formalisation des quatre parcours éducatifs et visant une implication active des élèves dans leur parcours. Il s’agit donc plus spécifiquement de tester l’effet de l’utilisation de FOLIOS sur l’orientation choisie, subie et la motivation scolaire. Ce projet de recherche vise à contribuer, d’un point de vue théorique, à identifier les leviers favorisant la construction de choix d’orientation éclairés et la motivation scolaire. D’un point de vue pratique, celui-ci invitera à une réflexion en termes de prévention et de remédiation pour l’ensemble de la communauté éducative en vue de favoriser l’implication des élèves dans leur parcours.

"« Les élèves ont la parole » Réalités et représentations de l’engagement des élèves dans la cité (XIXe-XXIe siècles)", un projet porté par Jean-François Condette, PU ESPE LNF, CREHS (Université d’Artois) :

En prenant appui sur les quatre premières journées d’études et sur les différents thèmes qui ont été parcourus en 2016 et 2017 sur le projet « Pour une histoire renouvelée des élèves » le projet pour 2018 vise à travailler sur un objet cohérent et important, celui des engagements des élèves (dans l’établissement, dans la cité), et des images et représentations associées à ces engagements dans la société, grâce à un travail privilégiant le recours aux sources originales et en se plaçant sur la longue durée des XIXe et XXe siècles. Par le dépouillement des archives manuscrites conservées aux Archives nationales et dans divers dépôts des archives départementales (France septentrionale), par le recours aux imprimés (bibliothèque nationale), par un important travail aussi sur les archives filmiques et sonores, pour la période plus proche de nous, il doit être possible de « retrouver » les élèves et l’histoire de leurs engagements pluriels.

"Encourager la préscolarisation : analyse de dispositifs dédiés et des modalités d’accompagnement des acteurs", un projet porté par Sylvie Condette, MCF UDL, CIREL (UDL) :

Le projet soutenu par l’ESPE-LNF en 2016-2017 a interrogé la première scolarisation des enfants et l’implication parentale dans des quartiers de la politique de la ville. L’objectif était de comprendre les formes de réticence, de résistance ou de retrait vis-à-vis de l’école. Prenant appui sur les résultats de cette recherche et sur les préconisations formulées, plusieurs dispositifs sont expérimentés depuis la rentrée 2017. L’équipe de recherche mobilisée pour ce projet, associant chercheurs et praticiens, souhaite ici poursuivre ses investigations en 2017-2018 en analysant quelques dispositifs originaux voire innovants favorisant la préscolarisation et qui associent des équipes enseignantes et les différents services dédiés à la petite enfance. Notre étude se centrera sur plusieurs écoles de l’éducation prioritaire qui mènent des expérimentations dans ce domaine. Les territoires retenus sont
Lille, Tourcoing, Valenciennes et Maubeuge.

"Impact des interactions à long terme entre chercheurs, enseignants et élèves sur les pratiques d’enseignement et d’apprentissage", un projet porté par Albine Courdent, MCF ESPE LNF, LBHE (Université d’Artois) :

Dans quelle mesure les interactions à long terme entre chercheurs-enseignants-élèves sont-elles favorables aux apprentissages ? Notre recherche pose l’hypothèse que la mise en récit par les trois types d’acteurs, favorise la construction de contenus en sollicitant les processus neurophysiologiques de l’apprentissage. Nous nous appuyons pour cette étude à la fois sur les cadres conceptuels du récit qui montrent comment la narration est un support à la création de sens et à la compréhension, mécanismes que les travaux de neuroscience décryptent à travers l’activation de processus cérébraux. Nous caractérisons à l’aide d’observations, d’entretiens et de questionnaires les supports et pratiques d’enseignement et d’apprentissage sous l’angle du récit, et analyserons les effets produits sur la construction de contenus via l’éclairage des processus neurologiques.

"Etudes historiques et didactiques des usages des films et vidéos en classe et en formation dans la deuxième moitié du 20ème siècle", un projet porté par Thomas De Vittori, MCF ESPE LNF, LML (Université d’Artois) :

Associant l’expertise à la fois d’historiens, de didacticiens et de mathématiciens, ce projet consiste en la volonté de mener une étude et d’assurer la valorisation d’un corpus de films anciens de 4 à 30 minutes au format 16mm sonore optique édités par la Société du Film de Recherche Scientifique (SFRS) entre 1969 et 1972 et dont certaines bobines avaient été retrouvées à l’ESPE. Parce qu’ils donnent à voir des supports de cours et surtout des classes en activité, ils constituent un témoignage de grande valeur tant pour leur contenu que par leur place dans l’histoire des institutions et de la formation.
Les travaux présentés le 4 octobre 2017 lors d’une journée d’étude LML-ESPECREHS (en collaboration avec la Cinémathèque centrale de l’Enseignement public - Université Sorbonne Nouvelle Paris-III) ont permis de resituer ce corpus initial de quelques films dans un ensemble bien plus vaste de plusieurs centaines de films du même type, toutes disciplines confondues, qui peuvent être étudiés.

"Construction d’un concept scientifique à l’école primaire :Quel outillage didactique et langagier ?", un projet porté par Anne-Amandine Decroix, MCF ESPE LNF, LDAR (Université d’Artois) :

Ce projet s’intéresse aux conceptions des élèves, sur les concepts de masse et de volume et sur le comportement d’objets après leur immersion dans un liquide, qui pourraient faire obstacle à l’apprentissage de la densité à l’école primaire. Les conceptions d’élèves de cycle 1 et de cycle 3 sont étudiées. Les analyses s’appuient sur des revues bibliographique et sur nos propre constatations obtenues à partir d’entretiens individuels menés auprès d’élèves de moyenne sections et de 6e. Ce projet a pour objectif final l’élaboration d’une ingénierie didactique permettant une meilleure compréhension des concepts de masse et de volume chez les élèves de maternelle et de cycle 3, ce qui permettrait d’initier la construction du concept de densité en fin d’école primaire. Le développement des compétences langagières inhérentes aux pratiques scientifiques sont explorées en parallèle.

"Le sentiment de compétence des enseignants au service de l’inclusion", un projet porté par Caroline Desombre, MCF ESPE LNF, PSITEC (UDL) :

Ce programme de recherche vise à mieux comprendre les obstacles à l’inclusion des élèves à besoins éducatifs particuliers. Plus précisément, à travers trois études, nous tenterons de montrer que la reconnaissance des compétences des enseignants contribue à améliorer les attitudes envers l’inclusion. Ces études permettront d’améliorer l’accueil des élèves à besoins éducatifs particuliers dans les classes ordinaires et de mieux comprendre comment la formation des enseignants peut favoriser l’inclusion.

"Analyse didactique des environnements numériques en classe", un projet porté par Ana Dias-Chiaruttini, MCF UDL, CIREL (UDL) :

Le projet Analyse didactique des environnements numériques en classe (ADEN) est porté par des enseignants-chercheurs de l’ESPE-LNF et de l’université de Lille-SHS rattachés au laboratoire CIREL (EA 4354). Il vise à mieux comprendre l’évolution des pratiques enseignantes et des contenus d’enseignement du fait de l’introduction en classe d’environnements numériques. Il s’organise autour de trois sous-projets :
- la classe inversée (ClasInv), effets sur les pratiques et les contenus, qui porte sur les changements pédagogiques opérés par la mise en oeuvre de la classe inversée. Cette réflexion s’enracine dans la demande d’une association Inversons la classe ! et se base sur quelques premiers éléments de leur enquête.
- les manuels numériques : contenus, fonctionnements et usages – Analyses didactiques (MaNum) qui vise à étendre à d’autres disciplines scolaires une recherche exploratoire menée sur les manuels numériques en français et à ouvrir le débat avec des collègues québécois qui mènent une recherche similaire ;
- et l’accompagnement à la recherche sur les pratiques d’atelier collaboratif (ACRech) qui répond à la demande de CANOPE d’accompagner et initier à la recherche un groupe d’enseignants qui expérimentent des ateliers d’écriture collaborative et amorcent l’expérimentation en classe.
Ces trois sous-projets s’articulent, mais ils ont un fonctionnement indépendant.

"Espaces innovants d’apprentissage : une étude comparative des dimensions spatiales, interactionnelles et cognitives en contexte numérique.", un projet porté par Olivier Irrmann, directeur de la recherche ADICODE, YNCREA Hauts-de-France - ISEN Lille :

Le projet vise à développer un modèle de conception et de gestion des espaces innovants d’apprentissage. Il se base sur une étude comparative de la conception, du déploiement et de l’impact des espaces innovants d’apprentissage sur deux sites importants de la région des Hauts-de-France. Les trois axes d’analyse sont :
- La conception de l’espace et de ses affordances,
- L’impact et l’appropriation du numérique dans les nouveaux lieux et espaces cognitifs d’apprentissage,
- Les changements de posture, de métier et de rôle déclenchés par l’émergence des espaces innovants d’apprentissage.

"Parcours scolaires de réussite « en contexte » des élèves de milieux populaires", un projet porté par Sébastien Jakubowski, PU ESPE LNF, CLERSE (UDL) :

Ce projet de recherche a pour objet l’analyse des parcours de réussite scolaire des élèves issus de milieux populaires et des dispositifs scolaires - institutionnels et/ou pédagogiques - ayant favorisé cette réussite. L’originalité de ce projet est double : elle est d’une part, de s’intéresser aux parcours de réussite scolaires des élèves d’origine populaire, et non pas à leurs difficultés, et d’autre part d’appréhender la réussite scolaire "en contexte" intégrant dans l’analyse les dimensions spatiale, territoriale et institutionnelle des parcours des élèves, dimensions peu prises en compte généralement dans l’analyse des inégalités scolaires. Plusieurs terrains ont déjà été investis (un collège REP+, le dispositif PEI de Sciences Po Lille). Nous entendons en 2018 poursuivre nos investigations sur de nouveaux terrains d’analyse et d’observation (des classes préparatoires aux grandes écoles du lycée Baggio de Lille et le suivi de l’évaluation du contrat d’agglomération de la politique de la ville porté par la Métropole Européenne de Lille). Notre projet s’inscrit résolument dans une perspective de l’action publique, de la sociologie de l’éducation et des organisations ainsi que de la géographie sociale. Sur le plan problématique et théorique, l’originalité de notre travail porte sur l’analyse à plusieurs niveaux (macro, méso, micro) des principes de la réussite scolaire et sociale. Ces différents niveaux sont selon nous interdépendants et nous cherchons à analyser les systèmes d’interdépendance et d’interaction entre les politiques publiques, les dispositifs des établissements et les parcours des individus.

"Espaces scolaires et dynamique du bien-être", un projet porté par Isabelle Joing, MCF UDL, URePSSS (UDL) :

La majorité des recherches portant sur le bien-être et le climat scolaire considère l’établissement comme une entité dans lequel il y aurait une mesure unique du bien-être et du climat scolaire. Or, un élève ne peut-il pas se sentir globalement bien dans son établissement et éprouver un véritable mal-être lorsqu’il côtoie les vestiaires d’EPS, les toilettes ou encore l’arrêt de bus du collège par exemple ? L’objet de cette recherche vise à repérer les lieux qui seraient perçus de manière consensuelle par les élèves comme les plus délétères en termes de bien-être et de climat scolaire (approche quantitative), et à identifier les facteurs (architecturaux, organisationnels…) qui influencent spécifiquement le niveau de bien-être des élèves dans un lieu (approche qualitative menée en étroite collaboration avec les établissements).

"Difficultés d’inclusion des élèves avec TSA : attitudes et comportements des enseignants", un projet porté par Mickaël Jury, MCF ESPE LNF, PSITEC (UDL) :

Malgré le développement de l’école inclusive, il apparaît qu’un certain nombre d’obstacles psycho-sociaux persiste pourtant dans l’inclusion des élèves avec Troubles du Spectre Autistique (TSA). Parmi ceux-là, l’attitude des enseignants envers l’inclusion fait figure de proue. Dans le présent projet de recherche, nous nous interrogeons sur la manière dont le fonctionnement du système éducatif façonne les attitudes et intentions des enseignants envers l’inclusion de ces élèves. Trois études impliquant des enseignants du premier et du second degré sont planifiées au sein de ce programme de recherche. La finalité de celui-ci est donc de mieux connaître les mécanismes qui chez de nombreux enseignants débouchent sur un refus ou un regard critique sur l’inclusion des élèves avec TSA. Cela doit permettre de mieux lutter contre ces attitudes en formation et ainsi faciliter le parcours scolaire de ces élèves.

"Volar&la : étude comparative", un projet porté par Christophe Kolski, PU UVHC, LAMIH (UVHC) :

Ce projet de recherche vise à questionner si dans un contexte scolaire, cycle 3, pour des enfants de 9 à 11 ans, l’association d’objets tangibles à des environnements numériques constitue une valeur ajoutée en terme d’apprentissage. Plus exactement, les environnements numériques convoqués s’inscrivent dans un serious game appelé Volar&la dont le but est d’enseigner des compétences transverses (savoir se repérer dans l’espace, résoudre des problèmes complexes et chercher des informations dans un document).
Ainsi, l’idée de ce projet est de conduire une expérimentation visant à comparer pour un nombre significatif de classes de CM1, CM2 et 6ème de la région Hauts-de-France, si pour un même serious game nous identifions des différences significatives dans les apprentissages chez les apprenants lorsque les modalités mises en présence sont d’une part un environnement numérique seul et d’autre part un environnement numérique associé à des objets tangibles.

"Citoyenneté, laïcité et questions socialement vives : de la recherche à la pratique pédagogique à l’École", un projet porté par Jérôme Krop, MCF ESPE LNF, CREHS (Université d’Artois) :

En 2015, dans un contexte sociétal complexe, la mise en place de l’Enseignement Moral et Civique interroge le lien que l’Education Nationale souhaite effectuer entre les valeurs de la République et leur transmission. Lors de la mise en oeuvre de cette nouvelle discipline, la prise de conscience de la difficulté à enseigner certaines questions donne à la recherche de nouvelles pistes de questionnement sur les questions de citoyenneté, de laïcité et sur les Questions Socialement Vives. L’étude des QSV se situe à la jonction de la recherche historique, des représentations sociales et des préoccupations pédagogiques des enseignants. Ceux‐ci sont souvent les dépositaires de la mission de transmission des valeurs républicaines, en particulier de la laïcité et de la structuration par les élèves de leur citoyenneté en devenir. Sur ces sujets qui confrontent histoire, mémoire et citoyenneté, la rencontre des différents acteurs (enseignants, chercheurs, formateurs et étudiants) doit permettre de développer une dynamique de réflexion scientifique et pédagogique sur l’ensemble de ces questions.

"Décrochage scolaire, santé et activité physique", un projet porté par Philippe Masson et Alessandro Porrovecchio, URePSSS (UDL) :

Lors des cinq dernières années, la France a significativement réduit le nombre de décrocheurs scolaires ; telle est la conclusion des dernières études internationales (CNESCO, 2017). Les études mettent en évidence le rôle important du sentiment d’appartenance à l’établissement scolaire et du bien-être émotionnel des élèves pour les protéger d’une situation à risque de décrochage. Les praticiens préconisent également des approches plus systémiques, tant les facteurs sont nombreux et en interaction. Le but de notre projet est de valider un outil de détection des situations à risque tout en montrant que l’activité physique, vecteur de sentiment d’appartenance, et le bien-être émotionnel, peuvent être des indicateurs clés d’identification d’élèves à risques potentiels de décrochage.

"Quels prérequis faut-il entraîner afin de faciliter les apprentissages mathématiques formels ?", un projet porté par Sandrine Mejias, MCF UDL, SCALAB (UDL) :

Les habiletés mathématiques constituent une compétence essentielle : de nombreuses études ont
mis en évidence un lien entre le niveau de compétences arithmétiques en maternelles et la réussite
académique et professionnelle (e.g., Duncan et al., 2007 ; Romano et al., 2010). Par ailleurs, les enfants présentant des troubles d’apprentissage du calcul montrent des déficiences dans des tâches très élémentaires comme le comptage de jetons (e.g., Geary et al., 1992), on sait aussi que les enfants à risque de développer des difficultés de longue durée en mathématiques sont ceux issus d’un contexte socio-scolaire défavorable (e.g., Mejias & Schiltz, 2013). Compte tenu de ces données, il semble à présent important d’étudier l’effet de la formation initiale des jeunes enfants sur le développement des compétences mathématiques et d’examiner quel type de matériel est le meilleur support à ces apprentissages en fonction du profil de l’enfant et du contexte scolaire.

"Médias de l’école, médias dans l’école, Médias hors l’école", un projet porté par Béatrice Micheau, MCF ESPE LNF, GERiiCO (UDL) :

Ce projet de recherche se veut à la fois le prolongement de deux projets préalables sur
l’Éducation aux Médias et à l’Information et un préalable à la mise en oeuvre d’un projet de type ANR. Il s’agit, à partir d’une étude qualitative, de mieux comprendre la relation entre les enjeux sociaux et territoriaux des dispositifs d’EMI, les manières dont les acteurs (enseignants, élèves, associations, journalistes) s’emparent de ces mêmes dispositifs pour finalement analyser quelles sont littératies à l’oeuvre dans les situations observées et comment être un acteur de l’EMI transforme ou du moins courbe la trajectoire professionnelle des enseignants, des journalistes, des acteurs associatifs et bien sûr des élèves. Cela pourrait permettre de questionner les rapports entre école, médias et citoyenneté, entre cultures informationnelles et cultures médiatiques (dont la culture numérique), entre identité professionnelle ou métier d’élève et parcours biographique.

"Profils de recrutement, modalités d’accompagnement et évolutions des positionnements professionnels des enseignants débutants", un projet porté par Stéphan Mierzejewski, MCF ESPE LNF, RECIFES (Université d’Artois) :

Le présent projet s’inscrit dans le prolongement de la réponse à l’AAP 2017 de l’ESPE LNF dont le soutien a permis d’asseoir des résultats de recherche d’ores-et-déjà validés par la communauté scientifique (sur l’impact des deux dernières réformes sur l’apprentissage du métier de professeur des écoles), ainsi que le recueil d’une importante masse de données permettant d’envisager des comparaisons fines avec les dynamiques repérables dans le second degré. L’enjeu de l’étude est désormais d’exploiter cette masse de données, d’étendre les investigations au-delà des premières années d’enseignement et d’articuler le dispositif de recherche déployé au protocole d’évaluation du nouveau dispositif d’accompagnement professionnel des fonctionnaires-stagiaires expérimenté à l’ESPE LNF depuis la rentrée 2017-2018.

"Compréhension et Interprétation de Textes Mathématiques et Littéraires via des activités de codage (projet LEMME)", un projet porté par Marianne Moulin, MCF ESPE LNF, LML (Université d’Artois) :

Le projet LEMME (Langage Enseignement et apprentissage des MathéMatiquEs), co-financé par les laboratoires LML et LDAR vise à étudier les phénomènes langagiers dans l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques. Ce projet, initié en 2012, notamment par Thomas Barrier (ESPE LNF, LML) et Christophe Hache (Université Paris Diderot, LDAR) conduit sa recherche grâce à la confrontation de cadres théoriques et d’analyses de corpus de manière interne au groupe lors de rencontres organisées régulièrement tout au long de l’année ou en collaboration avec des collègues de disciplines diverses lors de journées d’études ouvertes à tous.

"L’éducation morale et civique en milieu scolaire : quels supports numériques ? Quels outils pédagogiques et didactiques ?", un projet porté par Maria Pagoni, PU UDL, CIREL (UDL) :

Ce projet se situe au croisement de deux champs de recherche : l’éducation morale et civique et la place du numérique dans les situations d’apprentissage en milieu scolaire. Les questions posées sont les suivantes : en quoi l’appropriation et l’usage d’un support numérique "Les Philous" par des enseignants influencent-ils les apprentissages en Enseignement Morale et Civique des élèves de 8 à 10 ans ? En quoi cette confrontation avec le terrain impacte-t-elle la conception même de l’outil ?
Le support numérique évolutifs "Les Philous" suppose dans un premier temps une appropriation par les enseignants des conceptions morales et civiques développées à travers les personnages et les situations présentées. Dans un second temps, la médiation mise en place dans la classe doit permettre l’activité des élèves et le développement des compétences morales et civiques. C’est cette triple médiation, du numérique "Les Philous", de l’enseignant et des élèves que nous interrogeons dans des classes de milieux différents.

"Activités physiques et sportives, motivations, EPS", un projet porté par François Potdevin, MCF UDL, URePSSS (UDL) :

Former des adultes capables de gérer leur vie physique et leur santé grâce à l’activité
physique est le premier défi des enseignants d’Éducation Physique et Sportive. Différentes études ont mis en évidence l’effet déterminant du plaisir perçu lors de la pratique sportive pour augmenter le niveau d’engagement et de persistance dans les pratiques sportives au delà de l’âge scolaire. Toutefois, la plupart des cadres théoriques proposés s’appuient sur des mécanismes motivationnels ne prenant pas en compte les spécificités des expériences émotionnelles relatives aux différents sports pratiqués. L’enjeu du projet « MOTIVES » est d’élaborer un nouveau cadre théorique basés sur les expériences émotionnelles sportives. Ce travail poursuit une double ambition : mieux guider les choix programmatiques et les interventions afin d’impacter positivement la motivation et l’engagement des lycéens dans une pratique régulière hors de l’École.

"EPS et stratégies numériques : effets multiples", un projet porté par François Potdevin, MCF UDL, URePSSS (UDL) :

La place du numérique dans les stratégies d’enseignement n’a cessé de croitre ces dernières années. D’un point de vue général, l’efficacité des TICE à l’école pour optimiser les apprentissages est loin d’être admis scientifiquement même si les études qui mettent en évidence un impact négatif sont extrêmement rares (Thibert, 2012). Notre projet a pour objectif de mesurer les effets multiples d’utilisation du vidéo feedback en EPS sur différentes dimensions : motricité, capacité d’auto-évaluation, motivation, stress, bien être, plaisir d’apprendre, estime de soi. Notre méthodologie s’appuie sur des expérimentations en conditions réelles d’enseignement et tentent d’identifier les facteurs qui optimisent ou limitent les effets positifs de ce type de stratégies pédagogiques.

"Autoformation coopérative des enseignants et réussites scolaires", un projet porté par Catherine Souplet, MCF UDL, CIREL (UDL) :

Ce projet est porté par des enseignants-chercheurs du laboratoire CIREL (de l’ESPE-LNF et de l’université de Lille-SHS), et s’inscrit dans un partenariat avec des enseignants du premier degré. Il vise à mieux comprendre les processus l’autoformation d’enseignants, selon des modalités et principes coopératifs (choisis par ces enseignants), dans le but d’innover afin de favoriser la réussite de tous les élèves. L’analyse sera menée à partir du travail de ce groupe d’enseignants hors temps scolaire (réunions, formations, construction de documents, échanges sur les pratiques...), afin d’identifier en contexte la construction d’un groupe d’autoformation autonome, par rapport aux formes d’organisation de l’éducation nationale, afin aussi de spécifier leurs représentations de l’échec et des modalités de travail pédagogique susceptibles de lutter contre cet échec, afin encore d’appréhender la genèse de dispositifs et de situations d’enseignement visant à ce que chaque élève puisse s’approprier les contenus proposés selon les disciplines et de voir les projets qui en émergent.

"L’imaginaire de l’informatique au collège : élaboration d’une pensée informatique chez des collégiens avec le logiciel Scratch", un projet porté par Florence Thiault, MCF UDL, GERiiCO (UDL) :

Les nouveaux programmes du collège invitent à initier les élèves aux activités de codage, d’algorithmique, de programmation. Au-delà des simples activités de codage, l’initiation menée au cycle 4 permet notamment de travailler les compétences suivantes : la résolution de problèmes, la démarche d’investigation (essais/erreurs), les compétences langagières, la coopération, la structuration de la pensée. La formation de l’esprit critique, de l’esprit scientifique et l’éducation à la culture numérique sont au centre des activités d’initiation à la programmation. Le logiciel Scratch conçu par le MIT est un outil adapté pour initier des jeunes à des concepts mathématiques et informatiques tout en apprenant à développer une pensée créative et à travailler en équipe. Notre recherche portera sur l’imaginaire de l’informatique que les collégiens développent à la suite de ces enseignements dédiés.

"Le dispositif Skillpass en milieu scolaire : appropriation de la notion de compétences en lycée professionnel", un projet porté par Florence Thiault, MCF UDL, GERiiCO (UDL) :

Le dispositif SkillPass propose un processus pédagogique pour identifier et valoriser des compétences, il s’appuie sur un jeu sérieux et une application tutorée. Le scénario fait alterner des sessions de jeu et des temps de réflexion, de productions en individuel et en collectif. Il permet aux jeunes d’identifier et de valoriser des compétences acquises lors d’activités scolaires et extrascolaires : loisirs, sports, voyages, stages. L’enseignant anime des sessions en présentiel en alternant des temps de jeu sur écran, d’introspection individuelle et d’échanges entre pairs. L’expérimentation en lycée professionnel vise à améliorer l’accompagnement au projet personnel en s’appuyant sur l’expérience acquise par les jeunes lors des stages en milieu professionnel.

"Climat scolaire et Jeux dangereux en écoles privées", un projet porté par Mickaël Vigne, MCF ESPE LNF, RECIFES (Université d’Artois) :

Après avoir questionné l’ensemble des élèves de cycle 3 du bassin arrageois (5 circonscriptions) ainsi que les REP+ du Pas-de-Calais, l’objectif de recherche de cette année, qui clôturera 4 années de travail, est d’interroger (à la demande du Directeur diocésain, François Hollande) l’ensemble des écoles privées du Pas-de-Calais (environ une centaine) sur la question du climat scolaire en général et celle des jeux dangereux en particulier. Ainsi, par le cofinancement de l’IA 62 et de l’ESPE nous aurons réalisé une étude d’ordre épidémiologique puisque le corpus d’élèves interrogés avoisinera 12 000 répondants sur la connaissance et la pratique des jeux dangereux qui constituent deux indicateurs d’analyse du climat scolaire.

"Recherche collaborative COLLAB-LNF", un projet porté par François Villemonteix, PU UDL, CIREL (UDL) :

La recherche collaborative COLLAB-LNF s’intéresse aux transformations des pratiques de formation de professeurs des écoles. Inspirée par le programme COLLAB mis en œuvre à l’ESPE de Versailles que le porteur du projet a initié en 2016-2017, elle vise à réunir chercheurs et formateurs de groupes d’enseignants du premier degré autour d’un objectif opératoire : comment rapprocher les pratiques de formation des PES à leurs attentes pratiques en focalisant la démarche de formation disciplinaire sur la production de scénarios pédagogiques mobilisant des technologies informatisées.
Ce programme de recherche collaborative, mis en œuvre par le laboratoire CIREL se déclinera cette année en un premier temps d’analyse réflexive des représentations et des pratiques de formation et d’accompagnement des PE vers la production de séquences pédagogiques mettant en œuvre des technologies.